Le drame de l’hérédité capillaire

Il y a dans ma maison et ma vie un petit bonhomme de presque 8 ans, nommons-le Monsieur Chat.

Monsieur Chat a pris de son père son intelligence analytique, son oreille musicale et à peu près tout son physique. Il a hérité de ma gestion des espaces (entendez, ma propension exacerbée à foutre le bordel partout où je passe), ma distraction légendaire (le “où sont mes clés/mes lunettes/mes habits” se mue en “où sont mes toupies/mes paninis/mon journal de Mickey et ma casquette?”), et, visiblement, à mes penchants hystériques et capillaires évoqués précédemment.

Monsieur Chat a les cheveux en bataille, nombreux, épais et plein d’épis. Une bonne tête joufflue d’enfant décoiffé. De temps à autre, cela dépasse l’entendement, et la mort dans l’âme, je lui annonce que nous allons devoir aller chez le coiffeur.

Monsieur Chat est dynamique. Il aime se mouvoir en toutes circonstances et gère assez mal la contrainte physique. Le dentiste, le médecin et le coiffeur font mieux de se tenir loin de Monsieur Chat. Parfois, ça leur tombe dessus, rien à faire. J’ai déjà vu nombre de coiffeurs tourner autour d’un Monsieur Chat au sommet de sa gigoterie, accompagnant gracieusement de leurs ciseaux une tête en mouvement perpétuel.

Monsieur Chat est plus docile sans sa maman. Je lui ai donc proposé de le laisser seul chez le coiffeur pendant que je faisais une course. Il a accepté avec enthousiasme.

Puis, il m’annonce: “Je veux la coupe d’Alderweireld (diables rouges, merci)”.

 

777872339_B97955704Z.1_20130831091832_000_GKO168A55.2-0

Voyant la tête du garçon sur google, et ayant des idées très arrêtées sur le concept de coupe de footballeur (qui a toujours signifié “coupe de gland” pour moi), je réfléchis (peu), et repensant à l’intervention d’Olivier Giroud dans le Petit journal (et à son joli physique), je demande à mon fils : “pourquoi pas Olivier Giroud plutôt?”.

 

zoom-olivier-giroud

Pauvre payenne ! En montrant des images à mon fils (qui redouble alors d’excitation), je réalise qu’Olivier Giroud a beau avoir son charme, il n’en a pas moins une coupe de gland:

 

Olivier-Giroud_3019108

Damned ! C’est trop tard, et me voilà embarquée chez Dachkin accompagnée d’un enfant plus rebondissant que jamais.

Monsieur Chat au salon, annonce, tonitruant : “Je veux la coupe d’Olivier Giroud!”. Je souffle au coiffeur: “light, hein, light…”; celui-ci, dans un clin d’œil, répond: “oui, oui, ne vous inquiétez pas”.

Je quitte le salon et reviens 15 minutes plus tard. OMG. L’infarctus me guette à la vue de mon bébé, mon petit chaton, mon kikiloulou tous cheveux dressés à grand renfort de gel, courts sur les côtés, longs sur le dessus, et le coiffeur (carré plongeant lissé d’un côté de la tête, rasé de l’autre, un empereur du bon goût, semble-t-il) en lutte contre les épis.

Monsieur Chat est ravi. Le coiffeur m’annonce qu’il faut vraiment bien coiffer avec de la wax (il ignore que je n’ai aucune compétence en la matière), tout en livrant une dernière bataille contre Le Pire Épi, l’épi de derrière. En vain, puisque L’Epi s’impose en 3 sets à zéro. Du coup Monsieur Chat a la coupe d’Olivier Giroud complétée par une sorte d’aile de pigeon abîmée sur l’arrière.

De retour à la maison, mon traumatisme est grand mais l’enfant exulte. En un week-end et grâce à la méthode coué (ça va repousser ça va repousser ça va repousser) , je réussis à faire le deuil de la gouffa fofolle de monsieur Chat.

En revanche, va-t-on savoir pourquoi, je n’aime toujours pas le foot.

Advertisements

5 thoughts on “Le drame de l’hérédité capillaire

  1. Pingback: Free Piano

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s